The Impact of Latitude on the Prevalence of Seasonal Depression Academic Article uri icon

  •  
  • Overview
  •  
  • Research
  •  
  • Identity
  •  
  • Additional Document Info
  •  
  • View All
  •  

abstract

  • Background: This study sought to determine whether the prevalence of the seasonal subtype of major depression (SAD) in the community varied as a function of latitude. Methods: Random telephone numbers were generated across 8 degrees of latitude (41.5 °N to 49.5°N) for the province of Ontario. Eight strata of 1 degree each were sampled equally throughout a 12-month period. Using a validated and structured diagnostic interview, we interviewed by telephone respondents over 20 years of age who had lived in the region for 3 years or more. We evaluated patterns of symptom change across seasons to establish a diagnosis of SAD according to DSM-IV criteria. Results: Of the 2078 households that were assessed for eligibility, 1605 (77%) completed the interview. The crude prevalence of lifetime SAD was 2.6% (95% CI, 1.9 to 3.5). There was no impact of latitude on prevalence of either major depression or the seasonal subtype across the 8 strata, although the global measure of the severity of seasonal change in mood was significantly negatively correlated with latitude. Conclusions: SAD is a common subtype of major depression in Ontario, but there is no evidence to support an increase in prevalence with increasing latitude. Contexte: Cette étude visait à déterminer si la prévalence du caractère saisonnier de la dépression majeure (DMS) dans la communauté variait selon la latitude. Méthodes: Des numéros de téléphone aléatoires ont été fournis sur 8 degrés de latitude (de 41,5°N. à 49,5°N.) dans la province de l'Ontario. Huit bandes de 1 degré chacune ont été échantillonnées également sur une période de 12 mois. À l'aide d'une entrevue diagnostique validée et structurée, nous avons interviewé par téléphone des répondants âgés de plus de 20 ans qui habitaient la région depuis 3 ans ou plus. Nous avons évalué les changements des modèles de symptômes selon les saisons pour établir un diagnostic de DMS selon les critères du DSM-IV. Résultats: Sur les 2 078 ménages admissibles, 1 605 (77 %) ont terminé l'entrevue. La prévalence brute de la DMS à vie était de 2,6 % (95 % IC, 1,9 à 3,5). La latitude n'influait pas sur la prévalence de la dépression majeure ou du caractère saisonnier dans les 8 bandes, bien que la mesure globale de la sévérité du changement saisonnier de l'humeur ait indiqué une corrélation négative significative à la latitude. Conclusions: La dépression majeure saisonnière est un sous-type répandu de la dépression majeure en Ontario, mais aucune preuve ne soutient une augmentation de la prévalence parallèle à l'accroissement de la latitude.

publication date

  • May 2002