The status of evidence-based medicine education in urology residency Academic Article uri icon

  •  
  • Overview
  •  
  • Research
  •  
  • Identity
  •  
  • Additional Document Info
  •  
  • View All
  •  

abstract

  • Introduction: Evidence-based medicine (EBM) is the conscientious,explicit, and judicious use of the current best evidence in decision-making for the care of patients. Teaching best evidence practicein residency should include both formal or freestanding content,as well as integration into clinical scenarios and patient care.We sought to assess the attitudes, experience and knowledge ofEBM in urology residency training across Canada.Methods: An anonymous, cross-sectional, self-report questionnairewas completed by a convenience sample of 29 residents,including all chief urology residents in English-speaking programsacross Canada. The survey included both open-ended and closedendedquestions designed to assess familiarity and attitudes towardsEBM and potential barriers to developing EBM skills in a surgicaltraining program. Questions were formatted to determine the understandingof statistical and analytical concepts, as well as familiarityof available EBM resources. Descriptive and correlative statisticswere used to analyze the responses.Results: The response rate was 100%. An overwhelming majorityof residents felt that EBM is an important component of the urologyresidency and journal club was the most common vehiclefor discussing best evidence concepts. However, there was significantvariation in the presence of freestanding, formal curriculaacross programs, with only 28% of residents signifying thatthey received any formal training in their program. The apparentlevel of understanding of important EBM terminology and resourcesappears to be limited. The most frequently stated barriers to incorporatingEBM curricula into urology training were time constraintsand a perceived lack of expert educators.Conclusion: This self-report survey of urology chief residents identifiedthe overwhelming acceptance of the importance of EBM intheir training. Although best evidence practices appears to beaddressed in journal clubs and in real-life clinical experiences,the obvious lack of familiarity and understanding of EBM contentand resources would suggest a need for redoubling efforts to ensureappropriate exposure and instruction in our training programs.Introduction : La médecine factuelle vise l’utilisation consciencieuse,explicite et judicieuse des meilleures données actuellesdans le processus décisionnel concernant les soins aux patients.L’enseignement de cette approche factuelle aux étudiants en résidencedoit inclure du contenu officiel et indépendant, ainsi quedes exercices d’intégration dans des scénarios cliniques et despratiques de soins. Nous avons tenté d’évaluer les attitudes, l’expérienceet les connaissances vis-à-vis la médecine factuelle dansles programmes de résidence en urologie au Canada.Méthodologie : Un questionnaire anonyme d’auto-évaluation glo -bale a été rempli par un échantillon de commodité comprenant29 résidents, y compris tous les chefs-résidents des programmesd’urologie des universités anglophones du Canada. Le sondagecomprenait des questions ouvertes et fermées visant à évaluer leniveau de familiarité et les attitudes vis-à-vis la médecine factuelleet les obstacles pouvant nuire au développement de compétencesen médecine factuelle dans un programme de formation en chirurgie.Les questions étaient formulées de manière à permettre de déterminerle niveau de compréhension des concepts statistiques etanalytiques, ainsi que le niveau de familiarité avec les ressourcesexistantes de la médecine factuelle. Les réponses ont été analyséesà l’aide de méthodes statistiques descriptives et corrélatives.Résultats : Le taux de réponse obtenu était de 100 %. Une majoritéécrasante de résidents croyait que la médecine factuelle était unecomposante cruciale de leur formation en urologie et que l’examenen groupe d’articles publiés (Journal Club) représentait le moyenle plus fréquent de discuter des concepts de la médecine factuelle.Néanmoins, on a noté une variation significative dans la présencede contenu indépendant et officiel dans les différents programmes;en effet, seulement 28 % des résidents ont indiqué recevoir uneformation officielle dans le cadre de leurs études. Le niveau appa -rent de compréhension des principaux termes et ressources liés àla médecine factuelle semble limité. Les obstacles les plus souventmentionnés à l’intégration d’un contenu sur la médecine factuelledans la formation en urologie étaient les contraintes de temps etun manque perçu d’éducateurs bien versés sur le sujet.Conclusion : Ce sondage mené auprès de chefs-résidents en urologiea permis de montrer que ces derniers valorisent grandementle rôle de la médecine factuelle dans leur formation. Même si lespratiques factuelles semblent être abordées dans les groupes d’exa -men d’articles et les expériences cliniques réelles, le manque évidentde familiarité et de compréhension des concepts et desressources liés à la médecine factuelle porte à croire qu’il fautredoubler les efforts afin de s’assurer que les résidents soientThe status of evidence-based medicine education in urology residencyKirk Roth MD; D. Robert Siemens MD, FRCSC suffisamment exposés à cette approche et reçoivent la formation requise pendant leur résidence.

publication date

  • April 2010