Review of the efficacy and safety of radiofrequency ablation for the treatment of small renal masses Academic Article uri icon

  •  
  • Overview
  •  
  • Research
  •  
  • Identity
  •  
  • Additional Document Info
  •  
  • View All
  •  

abstract

  • Background: Small renal masses are increasingly being discoveredincidentally on imaging performed for another reason. Thestandard of care for these masses involves excision by open orlaparoscopic techniques. Recently, ablative techniques such asradiofrequency ablation (RFA) and cryoablation have taken a moreprominent role in the treatment algorithm for these masses. Wesought to evaluate the efficacy and safety of radiofrequency ablationin the treatment of renal tumours.Methods: We conducted a review of the literature. There was nolanguage restriction. We obtained studies from the followingsources: the Cochrane Library, PubMed, EMBASE, LILACS andCurrent Controlled Trials.Results: We identified no clinical trials in the literature. Thus wedescribed the results from case series and retrospective studieswith a reasonable sample size (number of reported patients in eachstudy > 65). Most patients undergoing RFA had T1a disease witha mean tumour size of about 3 cm. Radiofrequency ablation wasusually performed percutaneously with image guidance. Reportedfollow-up was short and ranged from 1 to 30 months. Most seriesused radiographic response as a surrogate for cancer control. Therates of local recurrence of the tumour were as high as 13.0%(average 8.5%) and were slightly higher than those associated withcryoablation and partial nephrectomy. Complications includedhemorrhage, ureteral strictures and loss of a renal unit.Conclusion: Our review demonstrates that RFA is a suitable andpromising therapy in patients with small renal tumours who areconsidered to be poor candidates for more involved surgery.However, clinical trials with long-term data are needed to establishthe oncological efficacy.Contexte : De petites masses rénales sont de plus en plus souventdécouvertes de façon fortuite lors d’épreuves d’imagerie commandéespour une autre raison. Les soins standard pour ces massesincluent une excision par chirurgie ouverte ou par laparoscopie.Dernièrement, des techniques comme l’ablation par radiofréquence(ARF) et la cryoablation ont pris plus d’importance dans l’algorithmede traitement. Nous examinons l’efficacité et l’innocuité del’ablation par radiofréquence dans le traitement des tumeurs rénales.Méthodologie : Une revue de la littérature a été effectuée, sansrestriction de langue. Des articles ont été obtenus des sources suivantes: la Bibliothèque Cochrane, PUBMED, EMBASE, LILACS etCurrent Controlled Trials.Résultats : Comme aucun essai clinique n’a pu être cerné dans cesbases de données, nous décrivons les résultats d’études de cas etd’analyses rétrospectives avec populations de taille raisonnable(nombre de patients pour chaque étude > 65). La vaste majoritédes patients ayant subi une ARF présentaient une tumeur T1a detaille moyenne d’environ 3 cm. L’ARF était habituellement effectuéepar voie percutanée et guidée par imagerie. Le suivi était court,allant de 1 à 30 mois. La plupart des études sérielles avaient recoursà la réponse radiographique comme paramètre de substitutionde la maîtrise du cancer. Les taux de récidive locale de la tumeuratteignaient 13.0 % (moyenne 8.5%), et étaient en général légèrementplus élevés que les taux notés avec la cryoablation et lanéphrectomie partielle. Les complications signalées étaient les suivantes: hémorragie, sténose urétérale et perte d’une unité rénale.Conclusion : Le présent article montre que l’ARF est une techniqueconvenable et prometteuse chez les patients porteurs depetites tumeurs rénales considérés comme de mauvais candidatspour une intervention plus lourde. Cependant, il est impératifd’effectuer des essais cliniques à long terme afin d’établir dans unavenir rapproché l’efficacité oncologique de cette technique.

publication date

  • April 2009