Les effets de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale et physique des enfants inscrits à une clinique pédiatrique de gestion du poids Academic Article uri icon

  •  
  • Overview
  •  
  • Research
  •  
  • Identity
  •  
  • Additional Document Info
  •  
  • View All
  •  

abstract

  • Résumé Historique L’obésité est un problème sanitaire mondial. Étant donné la perturbation généralisée causée par la pandémie de COVID-19, il est important d’en évaluer l’effet chez les enfants ayant des troubles de santé chroniques. La présente étude évalue la santé des patients pédiatriques obèses inscrits à un programme de gestion du poids d’un hôpital de soins tertiaires avant la pandémie de COVID-19, puis un an après le début de la pandémie. Méthodologie Les chercheurs ont mené une analyse rétrospective des dossiers de patients de deux à 17 ans inscrits à une clinique pédiatrique de gestion du poids. Ils ont comparé les effets en matière de santé mentale (nouvelles orientations en psychologie, en travail social, dans un programme de troubles alimentaires, incidence de dysrégulation de l’alimentation, idéation suicidaire ou automutilation) et de santé physique (mesures anthropométriques) avant la pandémie, puis un an après le début de la pandémie. Résultats Chez les 334 enfants vus pendant l’une ou l’autre période, le nombre d’orientations en psychologie (12,4 % par rapport à 26, 5 %; p=0,002) et le résultat composite sur la santé mentale (17,2 % par rapport à 30,2 %; p=0,005) se sont creusés pendant la pandémie comparativement à auparavant. Dans un sous-groupe d’enfants (n=30) dont ils connaissaient les mesures anthropométriques au cours des deux périodes, le taux de diminution du score z de l’indice de masse corporelle était plus faible (−1,5 [2,00] par rapport à −0,3 [0,73]/année; p=0,002) et l’adiposité, plus élevée (−0,8 [4,64] par rapport à 2,7 [5,54] %/année; p=0,043) pendant la pandémie. Exposé La pandémie a influé sur la santé mentale et physique des enfants obèses inscrits à une clinique de gestion du poids. L’étude démontre un effet négatif sur la santé mentale et une amélioration moins marquée des mesures anthropométriques, mais les futures recherches, lorsque les patients auront repris les soins en clinique, permettront d’examiner nos résultats à la lumière de nouvelles mesures objectives.

publication date

  • September 8, 2022